La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire de l’organisme, qui protège normalement l’organisme en attaquant des substances étrangères comme les bactéries et les virus, attaque par erreur les articulations. Cela crée une inflammation qui provoque l’épaississement des tissus qui tapissent l’intérieur des articulations, qui entraîne de la douleur à l’intérieur et autour des articulations.

Qu’est-ce que la polyarthrite rhumatoïde ?

La polyarthrite rhumatoïde touche le plus souvent les articulations des mains, des pieds, des coudes, des poignets, des genoux et des chevilles. L’effet de cette maladie est généralement symétrique. Cela signifie que si un genou ou une main est touché, l’autre l’est aussi. C’est pour cela qu’elle porte le nom de maladie systémique.
Si l’inflammation n’est pas maîtrisée, elle peut endommager le cartilage, le tissu élastique qui recouvre les extrémités des os d’une articulation, ainsi que les os eux-mêmes. En cas de non-traitement, avec le temps, des déformations articulaires peuvent survenir. C’est pour cela que les médecins recommandent un diagnostic précoce et un traitement agressif dès que l’on détecte les premiers symptômes de la PR.

Qui est touché par la polyarthrite rhumatoïde ?

D’après Jean-Jacques Demri, environ 1,5 million de personnes en France souffrent de polyarthrite rhumatoïde. Près de 3 fois plus de femmes que d’hommes sont atteintes de la maladie. Chez les femmes, la PR commence le plus souvent entre 30 et 60 ans. Tandis que chez les hommes, elle survient souvent plus tard dans la vie.

Les causes et les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde

Le fait d’avoir un membre de la famille atteint de PR augmente les risques d’en avoir. Cependant, la majorité des personnes atteintes de PR n’ont pas d’antécédents familiaux de la maladie. Jean Jacques Demri estime que la cause de la PR n’est pas encore bien comprise, même si les médecins savent que le système immunitaire joue un rôle de premier plan dans l’inflammation et les dommages articulaires qui surviennent. Personne ne sait avec certitude pourquoi le système immunitaire se détériore. Néanmoins, il existe des preuves scientifiques que des hormones, des gènes et des facteurs environnementaux sont impliqués. En ce qui concerne les symptômes de la PR, ils peuvent se manifester sous forme de douleurs articulaires, sensibilité, enflure ou raideur pendant six semaines ou plus, au niveau de plusieurs articulations, voire les mêmes articulations des deux côtés du corps. En plus de la fatigue, une perte d’appétit et une fièvre de faible intensité se manifestent. Si vous constatez ces symptômes, n’hésitez pas à consulter votre médecin généraliste pour vous faire diagnostiquer. Mieux vaut prévenir que guérir !



Tags: Jean-Jacques Demri